Passer au contenu

BOUCHER l’écrivain

Mis à jour le 18 septembre 2016

Mise à jour Au présent indicatif

Modifications afin de faciliter
l’achat de livres, ci-bas et à la page
Contact et achats

 

 

IMG_0571

 

Au crayon à mine ou au clavier,
Alain BOUCHER partage son temps entre
écriture personnelle et écriture commandée,
d’écrivain de la Mer à rédacteur professionnel spécialisé.

Grandi en pleine modernisation socioculturelle du pays – la Révolution tranquille*,
entreprise en 1960 –, Alain BOUCHER chevauche durant ses jeunes années
sur le Québec d’hier et celui de demain. Son milieu familial érudit, ses études
classiques et sa pratique des bibliothèques l’ont naturellement mené à la création,
d’abord en milieu muséal puis publicitaire et enfin littéraire.

Après avoir écrit de tout pour de nombreux clients dès 1975, il publie depuis 2010
ses propres œuvres de genre essai, biographie, roman et nouvelle.
Il habite maintenant la ville de Québec et transite volontiers sur les rivages,
du Québec à l’Europe.

Muséologue et interprète du patrimoine, communicateur et vulgarisateur,
travailleur autonome pigiste de longue expérience, Alain BOUCHER a œuvré
depuis 1978 pour de nombreux organismes de mise en valeur des patrimoines
naturel et culturel. Ses principaux clients ont été, particulièrement dans
la région de Charlevoix, de toutes tailles, les musées et centres d’interprétation,
les parcs et réserves naturelles et les institutions et organisations publiques
d’enseignement et de gestion du territoire.

Il a notamment participé, entre autre par ses écrits, à l’édification professionnelle
et au rayonnement du Musée régional Laure-Conan à La Malbaie et sa succession,
le Musée de Charlevoix. Il a aussi œuvré à la création et à l’établissement
du Musée maritime de Charlevoix en 1981, à la mise en valeur de ses bâtiments
et de sa collection, par de nombreuses interventions muséales et d’écriture
jusqu’en 2005.

Particulièrement consacré à la navigation et à toutes choses maritimes passées
ou actuelles, BOUCHER l’écrivain fréquente volontiers les rivages et les iles, en chair
et en esprit, de l’Europe de l’ouest au Québec. Il contribue toujours à susciter
l’intérêt et propager les connaissances sur la mer en général et le Saint-Laurent
en particulier : environnements, navires et marins, cabotage et long cours,
cordages et nœuds, aides à la navigation et autres héritages maritimes actualisés.

Il est désormais actif surtout comme écrivain de la Mer et rédacteur professionnel
agréé, spécialisé en navigation et transport maritime (BOUCHER le rédacteur).

 

Les Profil d’écrivain et Curriculum vitæ à jour sont disponibles
en téléchargement à la page Médias (bandeau du haut).

BOUCHER l’écrivain est documenté à L’île,
l’Infocentre littéraire des écrivains québécois, cette fiche.

Il partage certains écrits d’intérêt patrimonial maritime, du Saint-Laurent
et du Québec sur la plateforme universitaire Academia.edu
à cette page.

BOUCHER l’écrivain est aussi BOUCHER le rédacteur.
Sa page LinkedIn de rédacteur et aussi d’écrivain est maintenue à jour avec soin,
son microsite Internet 408cm2 expose son travail.

 

* Voir la Toile, généreuse à ce sujet.

 

Achat de livres ?

Aller à la section Contact et achats.

 

Commentaires ou questions ?
N’hésitez pas.

 

 

 

Au présent indicatif

Écrire, écrire et écrire encore.

… et en parler aussi un peu, parfois.

Aout 2016

La conférence Saint-Laurent, mer de Cocagne

À la Fête des chants marins de Saint-Jean-Port-Joli

Dès le retour de Résidence 2016, j’ai eu le fort grand plaisir d’être invité par la Fête à prononcer cette conférence, à deux occasions, dans la programmation régulière.

Je dois souligner la persévérance de cette organisation à inscrire sans faute des conférences à son programme. Oui à la fête et au spectacle, mais oui aussi à la connaissance, la curiosité et la découverte.

La conférence Saint-Laurent, mer de Cocagne présente le géant à l’époque des Grandes découvertes — le XVIe siècle —  par les explorateurs européens en général et les marins basques en particulier, irréductibles pêcheurs de morue et chasseurs de baleines.

La conférence a été prononcée avec beaucoup de plaisir et d’interaction sur le site de la fête, à Saint-Jean, et au Musée maritime du Québec, à L’Islet-sur-Mer, devant un total d’environ 80 personnes.

Visitez la page Offre de conférences et lectures de ce site pour les détails de cette prestation (contenu et logistique), si d’aventure vous souhaitiez l’inscrire à une programmation (bibliothèque, festival thématique, centre de loisirs, université populaire, groupe d’intérêt. etc.).

 

 

Avril 2016

J’avais oublié celle-ci…

L’entrevue à la TVCVM au salon du livre de Québec en avril 2015 – La mer de Cocagne

EntrevueTVCMa complice journaliste culturelle de la télévision de Charlevoix Elise Tremblay vient de la mettre en ondes, agenda de ministre oblige… mais on n’a rien perdu pour attendre.

La mer de Cocagne était alors déjà en librairie depuis un an, le roman avait eu le temps de se faire une place dans l’espace d’imaginaire des lecteurs, l’auteur avait un peu appris à voir évoluer « son petit » dans le grand monde.

Elise et moi étions tous deux en pleine forme et, à mon avis biaisé et personnel, il s’agit là de la meilleure entrevue donnée à ce jour sur le roman maritime La mer de Cocagne.

À voir par ICI ou cliquer sur l’image.
(dans un nouvel onglet, 8 : 17 min. sur le site de la TVC).

Bon vent ! Ça sent bon la mer !

 

 

Mars 2016

ENQUÊTE
sur une profession extrêmement dangereuse : écrivain

Je vous invite TRÈS chaleureusement à prendre la demi-heure nécessaire à la révélation des dessous de cette part occulte de notre profession : le maquis perdu d’avance des écrivains contre les éditeurs véreux. Vous apprendrez là que l’écriture est un métier périlleux.

EnqueteL’épisode 22 de la saison 2015 de l’émission ENQUÊTE (0u cliquer sur l’image), sur ICI TouTV, dresse le tableau.

Pour ma part, je m’en tire assez bien : j’ai eu cette année le front (ou le flair ?) de refuser de publier chez une des vedettes de cette enquête et j’ai le bonheur de travailler avec un excellent éditeur —  non, pas lui qui fait office de psy-défouloir et que j’ai eu à rôtir dans ma gamelle ces quelques dernières années —,  un vrai professionnel à Montréal.

Merci aussi de faire circuler cette enquête auprès de vos ami’es lectrices et lecteurs, afin qu’ils connaissent la véritable valeur sous-jacente de ce qu’ils tiennent dans leurs mains durant leurs loisirs.

 

 

 

Ma démarche artistique

 

 

 

J’écris ce que j’aime lire

Puisque le destin et le grand œuvre de l’écrivain ne sont pas d’être lu, mais bien l’écriture elle-même, j’œuvre avant tout à ma propre satisfaction, pour le délice d’écrire d’abord ce que j’aime lire.

J’écris pour mieux comprendre

Je crois avec ferveur à la puissance des émanations du passé de la Nature et de l’Humanité pour ensemencer vigoureusement la réalité du présent et l’imaginaire, au service d’un avenir éventuellement plus agréable.

Mes écrits reposent essentiellement sur la connaissance des savoirs, savoir-faire et savoir-être des anciens, et leur actualisation au service de ma compréhension et construction de l’œuvre.

J’écris en regardant l’horizon

Pour atteindre mon ravissement et donner l’erre utile à ma création, j’ai le regard de mon esprit posé sur l’horizon. J’utilise avec un soin immense et sans vergogne toutes les finesses que m’offre l’exceptionnel panorama de la langue française, de l’écriture frugale à la somptueuse, et les mots sont mes bienfaiteurs.

 

Mon Profil d’écrivain et portfolio est ici : Boucher_ProfilEcrivainFE16r

 

BOUCHER l’homme

Alain Boucher est un produit métissé d’Europe et d’Amérique, de ville et de campagne, de passé et de présent, de terre et de mer.
Il est né à Québec en 1956 d’une Néerlandaise et d’un Québécois. Élevé entre bords de Saint-Laurent en Charlevoix et centre-ville de la Capitale, il a poussé dans les odeurs d’encens et d’encaustique des écoles classiques et au grand air clair des rivages et des montagnes.

P2:20

Pour compléter son curriculum, il s’est instruit en ethnologie, muséologie et science de l’environnement dans les années 1970 et 1980, entre Québec et Paris, Lille et Chicoutimi, Marseille et La Malbaie.

Alain Boucher, écrivain de la mer, est aussi à ses heures rédacteur technique professionnel, agréé par la Société québécoise de la rédaction professionnelle.
Il est spécialisé en navigation et transport maritime ; son profil est à jour sur LinkedIn .

Publications récentes

AncreCulLampeSeptembre 2015

Préface
de

Marées de mots

Hervé GUILLEMER

 

MareesMots_Couv1

 

Marées de mots est l’intégrale des paroles de chansons
 (1989 à 2014)
de l’auteur-compositeur breton Hervé Guillemer,
bestiaire, monde et voyage imaginaires inclus, au goût de sel et de sirop d’érable.

J’aimerais te raconter la mer
Ses rochers noirs à marée basse
Comme des notes de musique
Ancrées sur une portée de houle

Hervé Guillemer a hérité du coffre de matelot de son grand-père,
rempli des souvenirs de campagnes sur toutes les mers du globe.

Beaucoup des émotions, des mots et des images de ses premières chansons
s’y trouvaient. Mais la mer est universelle : c’est désormais au rythme
des marées des ports de Bretagne, de France, d’Europe et du Québec
qu’il distille ses poésies aux senteurs de mer, ancrées dans la tradition
et teintées d’influences diverses.

BOUCHER l’écrivain de la Mer a été invité à préfacer cet ouvrage :

« 

Le vent m’avait poussé dans ces parages et sur la couverture d’un recueil
de paroles marines et maritimes, il était écrit Marées de mots.
Quels mots marins ou maritimes, par saint Elme et Neptune, pourrait-on lire
en marées, dans un ordinaire bouquin blanc papier, noir d’encre ?
Pleine mer, basse mer ? Vive-eau, morte-eau ?
Trop simple, et à contraste
d’être volumineux, l’objet est dense…

Je suis entré.

Mon œil bientôt fait à l’agréable atmosphère de lumière de l’endroit,
la mer Toute s’est offerte à moi, en ses plus charmants attributs.
C’est grand, la Mer, et d’innombrables s’y égarent, parfois dans l’épouvante.
Mais celle d’Hervé Guillemer est aimable – aimons-la donc – et dans ses mots,
elle y est Toute. C’est dire combien la parole de l’homme est foisonnante
à ses mille tournures, marines et maritimes – au plaisir du lecteur
de différencier les unes des autres.

Tout confortablement à naviguer en père Éole avec Hervé Guillemer,
on trouve les caps de compas et les rhumbs de vent utiles à faire le tour de la Mer :
Ys pour commencer en tout bien tout honneur puis à l’ouest Molène et Ouessant
mais Saint-Pierre, Terre-Neuve et Saint-Laurent ; au sud-est Gironde, au sud-ouest
les Falkland et le Horn ; au nord Bréhat, au nord-ouest Féroé ; à l’est Bombay
et Macao. On ne se refait pas, que voulez-vous : ses pères étaient Nordet,
Noroît et Suroît, sa mère était d’Iroise.
Et son grand-père terre-neuva.

Voilà pourquoi.

Comme moi, entrez prendre le pouls vivant de ses marées de mots.
Comme moi, laissez au vestiaire votre gilet de sauvetage.
Il ne vous servira de rien.

 »

 

Marées de mots
est disponible auprès des amis de l’auteur et éditeur,
Hervé Guillemer, décédé en novembre 2015.
fournier.helene@yahoo.fr     418 569 0922

 

AncreCulLampeAout 2015

En toute Bretagne, le jour de saint Jean

Les paresseuses observations du baron Achile U
est ses curieuses explorations naturalistes des rivages
dans
L’Embarcadère, Société littéraire de Charlevoix, numéro 18, aout 2015

Nouvelle

Les détails dans la page Bibliographie maritime, en haut d’écran.

 

 

AncreCulLampeÉté 2015

Une littérature de marins
au pays des
terrins ?

Article

 

Dans la revue littéraire Nuit blanche, numéro de l’été 2015 (139, article Web),
BOUCHER l’écrivain de la mer signe un article de réflexion préliminaire
sur la littérature maritime au Québec.

De quoi parle-t-on ? Qui sont les écrivains de la mer ? Où sont-ils ?
Le Québec et son géant Saint-Laurent, notre Mer à nous, figurent-t-ils
au palmarès ?

Un genre littéraire à part entière, que cette littérature maritime…
À découvrir sur le site Internet de Nuit blanche dès maintenant.

Le communiqué d’auteur, contenant quelques détails,
est ici : 150713C_ArticleNuitBlanche (PDF, 135 Ko).

 

 

 

À paraitre, espère-t-on

 

Entre la fin d’un chantier d’écriture et la joie de l’annonce d’une parution, il y a un non-moment, un non-espace, un passage à vide qui pourrait bien se nommer À paraitre. Loin d’être vide pourtant, ce passage – purgatoire de l’écrivain – est rempli de travail d’information et de promotion, de démarches, d’allers-retours au photocopieur et au bureau de poste, et surtout rempli d’espoirs et de déceptions, certaines ponctuelles, d’autres permanentes.

Dans cet À paraitre de BOUCHER l’écrivain de la Mer, il y a pour l’instant :

Un essai sur le patrimoine maritime québécois

Le patrimoine maritime du pays est d’une riche diversité.

Par exemple, dans les Archives de Bernier, l’explorateur du Nord, pourrait
se trouver une
Carte, griffonnée par le capitaine Desgagnés et qui situerait
les
Épaves d’une Flute et de trois Gaspésiennes. Y lirait-on aussi les Héritages
des
Iles du Saint-Laurent ou des navigateur de la famille Jourdain ? 

Ailleurs au pays, dans un centre d’interprétation, le Kayak d’une ancienne
Légende nordique de Marins, Naufragé en l’Oubli, fait désormais partie du
Patrimoine maritime du Québec, comme tant d’autres embarcations et navires,
à découvrir encore et chérir… 

… en forme d’abécédaire, l’auriez-vous deviné.

Si vous résonnez bien à la vingtaine d’entrées de ce court abécédaire
de démonstration, ce livre ne vous est peut-être pas destiné.
Si par contre, comme chez la plupart des Québécois, les mots pourtant connus
n’éveillent que de pâles images mais des envies de navigations aventureuses,
alors vous aimerez.

25 juin 2015
Le manuscrit de l’ABCDaire du patrimoine maritime du Québec
est parti aujourd’hui en prospection d’éditeur au Québec.

. . .

 

Un roman maritime insolite

Ne trouvant pas preneur à l’édition depuis mai 2014, le recueil d’histoires de mer
Les navigations insolites du Babordais est rentré en cale sèche.
Il est en cours de réorganisation et reconstruction sous le titre provisoire
Le naufrage d’ Éléphant et autres navigations du Babordais.

Drôle de pays que celui où les nouvelliers sont reconnus parmi les plus créatifs
du monde mais où les éditeurs, ne trouvant pas ici de marché de lecteurs,
ne publient que rarement leurs nouvelles…

Créatifs, les nouvelliers québécois ? Même en stratégies de contournement…

14 avril 2015
Le manuscrit a été déposé à l’éditeur aujourd’hui.
Puis à quatre autres en juin (deux au Québec, deux en France).

10 mars 2016
Le roman maritime insolite Le naufrage d’ Éléphant, même inédit, a été ajouté à ma bibliographie maritime. Après tout, il est écrit ce livre, oui ?
Voir quelques détails sur cette page, par l’accès en haut d’écran.

Avril 2016
Les dépôts de manuscrits de 2015 n’ont donné aucun résultat.
Les temps sont durs, semble-t-il.
La prospection au Salon international du livre de Québec a permis d’identifier trois autres éditeurs québécois à qui soumettre le manuscrit. À suivre, encore une fois…

. . .

Au passé simple

Aussitôt confortablement que le présent devient passé…

 

Février 2016

Les communications autour de la Résidence 2016

Ce n’est plus un projet, c’est une réalisation en cours. Autour de cette résidence d’artistes, les travaux  vont bon train, suffisamment pour que commence la diffusion de nouvelles et d’actualités diverses. La Gazette des artistes a été mise au point en collaboration avec l’équipe de réalisation en Touraine, le premier numéro est paru le 15 février.

GazetteArtistes01Téléchargez la première Gazette à partir d’ici : GazetteDesArtistes01
ou par une visite à la page Résidence 2016 (bandeau du haut), afin de connaitre les détails de cette réalisation.

Il est possible de s’abonner à cette publication (environ 15 numéros d’ici fin-juillet) en me faisant parvenir votre adresse de courriel. Vous pouvez pour cela utiliser le canal des Commentaires : cliquez sur le titre de l’article, l’accès aux commentaires est au bas de la page.

Tous les numéros de la Gazette seront aussi disponibles en téléchargement, au fur et à mesure de leur parution, depuis la page Médias, en haut d’écran.

 

Février 2016

Une recension à la radio d’ICI

La radio d’ICI à Québec, par la voix et grand métier de la journaliste Anne-Josée Cameron, a fait une recension du roman maritime La mer de Cocagne. Elle a aimé. Bémol, mais elle a aimé et perçu les bons sentiments, les belles choses, à mon avis. Toutefois, madame Cameron est comme la plupart d’entre nous au Québec : nous sommes beaucoup plus familiers avec Minas Tirith, le Mordor, (de Tolkien) et Poudlard (de Rowling) qu’avec le Saint-Laurent, qui pourtant dit-on coule dans nos veines.

Mais l’important, c’est qu’elle ait aimé et qu’elle le propage.

Allez, on se fait plaisir :

« Il y a énormément de recherches historiques, on voit que c’est quelqu’un qui connait l’univers de la mer sur le bout de ses doigts. Alain Boucher a été muséologue, passionné de la mer, chroniqueur maritime aussi. »
Et encore :
« Avis aux gens qui s’intéressent à la navigation, c’est un roman historique passionnant, fouillé, recherché, c’est La mer de Cocagne. »

ICILachausseeÇa fait du bien !

À écouter ici, depuis le fil audio d’ICI(Radio-Canada) :
sous la binette de Catherine Lachaussée, dans le menu
de l’Audio fil du jeudi 11 février 2016, cliquez sur
15h22 Les arts et spectacles
et démarrer la lecture audio.

 

 

Décembre 2015

Droits d’auteur, avec Claude Robinson
au nom de tous les créateurs

Les groupements et associations d’artistes RAAV, Copibe©, SARTEC, UNEQ et
Access Copyright publient une courte vidéo dans laquelle Claude Robinson souligne
l’importance des droits d’auteur pour les créateurs. Il rappelle aussi la nature
des redevances, matérialisation financière versée aux artistes en vertu de ces droits.

Initiateur du projet, le Regroupement des artistes en arts visuels (RAAV) désirait
modifier la perception qu’a le grand public du droit d’auteur, en l’expliquant en mots
simples et en le liant étroitement au quotidien des créateurs.

Claude Robinson a mené avec succès un combat de vingt ans contre Cinar,
finalement condamné pour plagiat. L’auteur et illustrateur expose que
« la copie illicite de toute œuvre, qu’elle soit cinématographique, musicale
ou littéraire, revient en somme à dépouiller des créateurs d’un revenu nécessaire
pour vivre et continuer de créer. »

D’une durée de 1:29, la vidéo en diffusion libre est disponible ICI .
Ne vous en privez pas, faites circuler !

 

 

Novembre 2015

BOUCHER l’écrivain poursuit la migration des contenus depuis son
microsite de rédacteur professionnel, 408cm2, vers celui-ci, davantage orienté
vers son œuvre littéraire.

Le plus récent ajout est une fiche de notes de dégustation de cidre,
créée en 2012 et mise à jour et rafraichie en novembre 2015. Cette fiche s’était
avérée nécessaire aux travaux entourant la recherche et l’écriture de
La petite histoire du cidre au Québec suivi de La fabrication du cidre maison
(voir la page Bibliographie générale, bandeau du haut).

Cette fiche est téléchargeable (PDF, 70Ko) depuis la page … et cidre aussi !
(bandeau du haut) en formats Lettre et A4, à imprimer rect0-verso.

Il ne vous restera qu’à déguster !

 

 

 

Des liens vers ailleurs

 

La goélette insolite du Babordais
Carnets de bord des histoires de mer,
complément essentiel du roman maritime
La mer de Cocagne
(voir aussi la Bibliographie maritime, bandeau du haut) 

Babordais

 

La fiche bio-bibliographique de BOUCHER l’écrivain
dans l’Infocentre littéraire des écrivains québécois

L’île

 

La page de partage de BOUCHER l’écrivain de la Mer
sur la plateforme universitaire academia.edu

academia

 

Le site Internet de BOUCHER le rédacteur / l’écrivain

408cm2

 

Escales maritimes – La mer dans tous ses états
Cartes postales du Québec par BOUCHER le rédacteur

Escales

 

Le profil professionnel de BOUCHER le rédacteur

LinkedIn